Une année d'articles sociologiques

S’orienter dans les espaces sociaux en ligne. L’exemple d’un jeu

Posted in Jeu vidéo by yragael on 7 juin 2009

Boutet M. (2008), « S’orienter dans les espaces sociaux en ligne. L’exemple d’un jeu« , Sociologie du Travail, n°50, vol. 4, pp. 447-470.

Je commencerais ce blog par un article sur lequel je ne livrerai aucune critique, mais des clés pour permettre de le comprendre, car il s’agit d’un article qui m’a semblé tout aussi essentiel que difficile à lire. Ainsi que je m’emploierai à le démontrer, cette difficulté ne réside pas dans l’obscurité du style, comme dans le cas de ces auteurs qui cherchent à cacher la vacuité de leur propos derrière les subtilités du langage, mais dans la manière dont l’auteur se saisit de l’objet « communauté virtuelle », délicate à cerner en regard de celles employées par ses devanciers qu’il cite : alors que ceux-là ont attaqué le sujet par les outils informatiques transformant les relations ou par les relations nouées par les outils, Manuel Boutet l’attaque par l’orientation, ce qui est nettement plus abstrait. Mais ce qui offre une résistance à la pensée fournit aussi le marchepied nécessaire pour l’élever un peu, car lecture et relecture faites de l’article, ce dernier se révèle indéniablement comme une contribution majeure à l’étude de ce qu’on désigne vulgairement comme le « virtuel ».

En gros, l’objectif fixé par l’auteur est de renouveler la manière dont la sociologie aborde l’étude des communautés virtuelles. Pour cela, Manuel Boutet part du constat qu’une communauté en ligne ne se présente pas sous le jour d’une communauté traditionnelle : sur Internet, « la question des formes d’association s’émancipe de celle de l’interconnaissance », il explique, signifiant par cette formule que le fondement d’une communauté est à chercher ailleurs que dans les relations entre les personnes. Où donc alors ? L’idée serait que les utilisateurs allant et venant sur Internet laissent derrière eux des traces qui s’accumulent – instant de leurs contributions, sites qu’ils créent -, générant des régularités – cycle de fréquentation, systèmes de navigation – qui dessinent un espace en même temps qu’elles leur permettent de s’y orienter.

Pour parvenir à saisir le raisonnement de l’auteur, il faut le suivre dans plusieurs décentrements du regard, dont le sociologue se délecte toujours  :

  • En premier lieu, on retiendra le renversement de perspective qui consiste à regarder le contenant et non le contenu. En effet, Manuel Boutet cible l’espace que les acteurs sillonnent et non les acteurs eux-mêmes, justifiant son choix par le fait que le sentiment d’appartenir à une communauté ne se nourrit pas de la présence d’autrui, ni même des relations nouées avec autrui, mais de l’existence d’un réseau de sites.
  • Nouveau décentrement alors, car l’auteur ne cherche pas à définir cet espace par ses contours, mais par ses parcours. En effet, ce sont les liens qui unissent les sites thématiques consacrés au jeu qui retiennent sont attention.
  • De là, Manuel Boutet opère un troisième décentrement en s’inscrivant dans une perspective diachronique et non synchronique, cherchant à mettre à jour un processus et non un état. En effet, il n’entreprend pas de cataloguer simplement les liens mentionnés, mais il s’intéresse à la manière dont ces liens se sont constitués dans le temps.
  • Tout ceci pour finir sur un quatrième décentrement, qui consiste à regarder en creux, à porter l’attention sur le lit de la rivière plutôt que sur la rivière elle-même, ce qui revient dans le cas présent à se focaliser non pas sur liens en tant que tels, mais sur l’action des acteurs qui les ont créés et empruntés, renforçant certains liens et en affaiblissant d’autres.

Cette succession de décentrements conduit le lecteur loin, très loin, du regard que le lambda peut porter sur une communauté virtuelle, ce qui explique en grande partie la complexité de l’article.

Rajoutant à cette complexité, l’auteur mobilise deux niveaux d’observation en se positionnant d’abord à niveau micro de l’utilisateur, puis au niveau macro de statistiques de trafic et de cartographie de réseau de sites Web. Ici, la subtilité qu’il faut saisir est que le lien entre micro est macro est tout à fait rétroactif. En effet, tout utilisateur s’appuie sur des repères pour s’orienter en même temps qu’il transforme ces repères, redessinant l’espace social. Ainsi, un utilisateur qui poste une contribution dans un forum en rajoute à une information plus générale qu’il peut déduire des heures auxquelles d’autres contributions ont déjà été ajoutées, information sur laquelle il se base pour savoir quand la vie de la communauté bat son plein et choisir ainsi le moment de contribuer.

Au final, la manière dont Manuel Boutet aborde l’espace social en ligne semble pour beaucoup emprunter à la manière dont les spécialistes de l’intelligence artificielle abordent la survenance de propriétés émergentes dans les systèmes dits multi-agents, l’exemple le plus commun étant celui des fourmis parvenant à trouver le plus court chemin jusqu’à la nourriture en déposant des phéromones sur les chemins qu’elles empruntent : rapidement, le plus court chemin se trouve le plus marqué (Bersini, 2007). Pour une illustration du principe sur le Web, voir par exemple cet article.


En savoir plus

Bersini H. (2007), Qu’est-ce que l’émergence ?, ellipses.

Manuel Boutet présente ses travaux sur son site personnel.


La semaine prochaine, je commenterai…

Dupanloup A. (2001), « Le succès médical et social d’une psychopathologie : l’hyperactivité infantile« , Carnets de bord, n°2, pp. 23-37.

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Nico said, on 22 juillet 2009 at 12:39

    Outre la méthode, a quel resultat concret parviens l’auteur de ton article au sujet de ces communautés virtuelles?

    • Panda said, on 22 juillet 2009 at 8:07

      @Nico

      Bonne remarque, dont il sera tenu compte. A l’époque où j’ai publié ce commentaire, j’étais parti dans l’idée de traiter de la construction de la problématique avant de changer mon fusil d’épaule, me disant qu’il serait plus intéressant d’assister la lecture de l’article en facilitant la compréhension de la problématique en question. Bref, j’ai changé de public, choisissant de m’adresser à des internautes moins initiés.

      Difficile de trouver le ton juste, mais l’idée se précise au fil des tentatives. Quoiqu’il en soit, je reprendrai le commentaire de l’excellent article de Manuel Boutet d’ici la fin du blog.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :