Une année d'articles sociologiques

Encombrantes victimes. Pourquoi les maladies professionnelles restent-elles socialement invisibles en France ?

Posted in Médecine, Travail by yragael on 7 décembre 2009

Jouzel J.-N. (2009), « Encombrantes victimes. Pourquoi les maladies professionnelles restent-elles socialement invisibles en France ?« , Sociologie du travail, vol. 51, n°3, pp. 402-418.

Vu de très loin, le scandale de l’amiante peut apparaître comme une sorte de combat inégal opposant de gentilles victimes à de méchants industriels, les pouvoirs publics faisant tapisserie. Mais le travail n’est pas en France la seule affaire des employeurs et des salariés : il existe tout un monde social1 composé d’une multitude d’acteurs aux intérêts spécifiques oeuvrant au sein de systèmes d’autant plus complexes qu’ils sont hétéronomes, dont l’objet a priori singulier est justement de travailler sur le travail2. Dans un tel contexte, chacun se doute que la résolution du problème que constitue l’exposition à un risque professionnel soit rendue particulièrement délicate, à commencer par sa formulation. Pour nous ouvrir un peu les yeux sur cette réalité, Jean-Noël Jouzel s’est intéressé au processus de reconnaissance des maladies professionnelles en se basant sur l’échec de la mobilisation autour des éthers de glycol.

(more…)

L’erreur est humaine mais non professionnelle : le bûcheron et l’accident

Posted in Travail by yragael on 19 juillet 2009

Schepens F. (2007), « L’erreur est humaine mais non professionnelle : le bûcheron et l’accident« , Sociologie du travail, vol. 47, n°1, pp. 1-16.

La pratique de prévention des risques professionnels n’est pas dépourvue d’ambiguïtés. En premier lieu, faut-il assurer la sécurité d’un travailleur malgré lui ? Pour le contrôleur du travail, il convient de s’en remettre aux principes de prévention, ce qui revient dans la pratique à chercher successivement à éliminer le danger1, à mettre en œuvre des protections collectives, à mettre en œuvre des protections individuelles2, à donner des consignes ; il n’est nullement question de livrer le salarié au bon soin de lui-même. Cette position s’explique par la fonction, le contrôleur représentant les intérêts de la collectivité appelée à payer pour des dommages dont elle considère que le chef d’entreprise est le seul responsable – en matière de sécurité des salariés, le Code du travail soumet ce dernier à une obligation de résultat. Position confortable pour le travailleur salarié ? Pas forcément, ce dernier pouvant s’estimer le mieux placé pour apprécier les risques qu’il prend. En étudiant le cas extrême de travailleurs non salariés, l’article de Florent Schepens vient nous aider à mieux comprendre ce point de vue.

(more…)

Fortune d’une catégorie : la souffrance au travail chez les médecins du travail

Posted in Médecine, Travail by yragael on 28 juin 2009

Salman S. (2008), « Fortune d’une catégorie : la souffrance au travail chez les médecins du travail« , Sociologie du Travail, vol. 50, n°1, pp. 31-47.

Par son ampleur inédite (plus de 100 000 victimes attendues entre 2005 et 2025-2030), le scandale de l’amiante a révélé une fois pour toutes la parfaite inefficacité du système de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles dont la médecine du travail est l’un des piliers. Pour expliquer la défaillance cette médecine pourtant pensée à des fins prophylactiques, il est important de pointer à la base la contradiction inhérente au statut de professionnel de santé rémunéré par l’employeur dans un contexte où l’homme doit être adapté au travail plutôt que l’inverse : déclarer le salarié inapte, c’est le mettre au chômage ; le déclarer apte, c’est ignorer les risques auxquels il s’expose. Comment les médecins du travail ont-ils fait face à cette situation ?

(more…)

Tagged with: ,